Quel futur pour SFR ?

Quel futur pour SFR ?

Après la plainte déposée par Free Mobile contre SFR concernant les mobiles subventionnés, une plainte très stratégique de la part de Xavier Niel puisqu'elle ne vise qu'un seul des opérateurs historiques alors que les trois pratiquent la subvention du mobile, SFR semble de plus en plus en crise.

 

Si la société du groupe Vivendi n'est pas sur le bord de la faillite, l'ouragan Free Mobile, ouvertement critiqué par de nombreux acteurs de la téléphonie mobile, aura causé des dégâts considérables au groupe.

Si bien que, comme tout le monde le sait désormais, SFR compte supprimer quelques 1.500 emplois d'ici la fin de l'année. Une suppression qui ne se traduira pas par des licenciements secs mais par des départs volontaires.

Une suppression critiquée vivement en ce temps de crise et qui coïncide, malheureusement pour le groupe, avec le départ de Jean-Bernard Lévy annoncée le 27 juin dernier. Ce dernier, patron de Vivendi depuis 10 ans touchera la coquette somme de 4,1M€ d'indemnités.

Peu de chose, certes, face aux 1,2 milliards d'euros d'économies prévus par la société dont la moitié devraient être faits sur « l'emploi, le réseau et l'informatique », mais une annonce qui ne fait pas une belle publicité.

D'ailleurs, est-ce vraiment nécessaire de s'alléger à ce niveau là alors que la 4G devrait être commercialisée début 2013 et que SFR a investi dans les licences d'exploitation des bandes de fréquences des 800Mhz et des 2600Mhz la somme de 1 milliard et 210 millions d'euros ?

SFR a été l'opérateur qui a le plus dépensé pour les licences 4G en France alors que son réseau de téléphonie fixe semble ne pas tenir le pas contre des concurrents de taille comme Numericable qui offre du 200 Mbps par fibre optique et une box de dernière génération.

Pour l'instant la société semble concentrée sur ses économies et n'a pas annoncé de grande nouveauté pour la rentrée. Mais avec le déploiement de la 4G prévu pour 2013 et les tests de cette nouvelle technologie en cours, SFR a-t-elle vraiment un atout caché pour la rentrée ?

D'autant plus que SFR a annoncé avoir quelques problèmes à déployer son réseau 4G dans la capitale à cause des associations et de la politique de basse émission radio prônée par la mairie.

Paris pourrait-elle ne pas être parmi les villes couvertes par la première vague de commercialisation du très haut débit mobile de SFR alors que Orange a, interrogé sur le sujet, annoncé que le déploiement est dans les temps ?

Ce serait là une énième mauvaise manœuvre de la part de la Société Française du Radiotéléphone.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here