Orange partie civile dans l’affaire du piratage de la NSA

Orange partie civile dans l’affaire du piratage de la NSA

D’après Edward Snowden, ancien consultant de la NSA aujourd’hui expatrié en Russie, l’agence de renseignement américaine aurait piraté un important câble sous-marin, notamment utilisé par Orange. L’opérateur français a annoncé son intention de se porter partie civile dans cette affaire.

Un câble sous-marin piraté

Edward Snowden, réfugié en Russie pour éviter des poursuites judiciaires aux Etats-Unis, a révélé de nouvelles informations sensibles, relayées par le magazine allemand Der Spiegel. L’agence américaine de renseignement NSA aurait piraté un câble sous-marin reliant l’Océanie et l’Asie à l’Europe via le Moyen-Orient, utilisé par Orange et une quinzaine d’autres opérateurs télécoms. Un virus aurait été introduit par la NSA dans les différents réseaux informatiques de ces sociétés afin d’obtenir des informations concernant les flux de données des conversations.

« Orange n’a aucune implication dans de telles manœuvres, effectuées entièrement à son insu et qui concernent a priori des équipements dont elle est usager et non gestionnaire », explique l’opérateur dans un communiqué. Orange « se réserve toutes les possibilités d’action légale dans l’hypothèse où des données Orange transportées par le câble en question auraient fait l’objet d’une tentative d’interception et va notamment se constituer dans les prochains jours partie civile ». Considérant la gravité de l’affaire, l’opérateur historique français a enfin tenu à « rappeler son attachement à la protection du secret des correspondances, qui ne peut être levé que dans des conditions clairement définies et limitées par la loi ».

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here