Guerre de la 4G : Fleur Pellerin siffle la fin de la récréation

Guerre de la 4G : Fleur Pellerin siffle la fin de la récréation

Sur le terrain de la 4G, la bataille fait rage depuis un mois entre Orange, SFR, Bouygues et Free. Les annonces du quatrième opérateur ont mis le marché sens dessus dessous, laissant les consommateurs dans le flou total entre les effets d’annonce et la réalité. Le Gouvernement cherche donc à mettre de l’ordre dans la guerre des prix et des débits.

L’Arcep pourra de nouveau sanctionner les opérateurs

L’arrivée de Free sur le marché de la 4G a créé un affolement général parmi les opérateurs. Par l’intermédiaire de Xavier Niel, Free a multiplié les effets d’annonce, faisant considérablement baisser les prix et exploser les promesses de débits. Quitte à laisser les usagers dans le brouillard et à susciter une vague de déception.

Par conséquent, le Gouvernement s’apprête à prendre des mesures. Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Economie numérique, a annoncé que l’Arcep, l’Autorité de régulation, allait retrouver son pouvoir de sanction dès le début 2014. Au risque de recevoir des astreintes financières voire des suspensions de licences, les opérateurs vont ainsi avoir l’obligation de garantir la qualité de leur déploiement et communiquer sur des fourchettes de débits effectifs, et non plus sur des débits maximums théoriques.

L’Etat souhaite ainsi offrir une information transparente et fiable aux consommateurs, éviter la publicité mensongère, mais aussi s’assurer qu’aucun opérateur ne laisse trop de plumes dans la bataille. Le Gouvernement souhaite en effet vendre les fréquences 700 MHz, destinées à la 5G, à bon prix. Or si les marges sont rognées par la guerre des prix de la 4G, l’allocation des nouvelles licences s’effectuera au rabais.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here