Benoît Hamon interrogé sur les démarches de résiliation des opérateurs mobiles

Benoît Hamon interrogé sur les démarches de résiliation des opérateurs mobiles

La députée de la Gironde Sandrine Doucet (PS) a officiellement interrogé le minsitre délégué à l’économie sociale et solidaire sur la question des résiliations de contrats chez les opérateurs français.

Mme Doucet a posé une question parlementaire sur le sujet qui a été publiée au Journal Officiel. Elle y met en cause les démarches complexes que les consommateurs doivent porter à bout afin de résilier leur contrat.

Le ministre Hamon n’a pas encore donné sa réponse qui devra porter sur les points cruciaux soulevés par la députée et qui conduisent certains clients à saisir la justice et les juges de proximité pour régler leurs différents.

Pour la députée de la Gironde « les services après-vente [des opérateurs] sont continuellement saturés, ou difficilement accessibles, que ce soit pour des demandes d'informations, ou de . En outre, les clients ne détiennent pas la garantie d'un réel libre choix concernant leur opérateur, l'utilisateur se heurtant le plus souvent à de véritables blocages (sous formes d'engagement sur un à deux ans, de pénalités en cas de résiliation, de codes, ou de manipulations trop complexes) de la part des marques de téléphonie ».

Ce constat survient malgré la loi Chatel datant de 2008 qui a introduit dans le marché des télécommunications divers changements comme, par exemple, l’interdiction de contrats d’une durée de plus de 2 ans.

Mme Doucet considère nécessaire « un encadrement » et « une véritable simplification » des procédures pour les consommateurs afin de faciliter aussi bien l’abonnement que le désabonnement aux opérateurs.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here