Résultats financiers : Numericable, leader français de la fibre optique, ne connaît pas la crise

Résultats financiers : Numericable

Alors que la plupart des opérateurs français ont vécu une année 2012 difficile marquée par l’arrivée de Free sur le marché du mobile, Numericable semble être la seule entreprise du secteur à afficher des résultats positifs. Le cablo-opérateur tenait ce matin une conférence de presse pour présenter ses résultats financiers.

 

La crise n’affecte pas tous les opérateurs. C’est ce que l’on peut conclure après la conférence de presse donnée aujourd’hui par Numericable. Contrairement à ses concurrents, l’entreprise française  a passé l’année 2012 sous le signe de la croissance puis son chiffre d’affaires trimestriel a crû de 2,2% par rapport au 2e trimestre 2011.

Numericable est le seul opérateur à voir une progression de l’EBITDA (Earnings before interest, taxes, depreciation, and amortization) s’élevant à 2,8% au premier semestre 2012 par rapport au même semestre l’année précédente. A titre de comparaison, l’EBITDA d’Orange a décrû de 9%, celui de SFR de 5% et celui de Bouygues Telecom de 16%. Seul Free sort (relativement) la tête hors de l’eau avec une progression de 0,2%. L’EBTDA trimestriel de Numericable est également à la hausse de 5,3% au 2e trimestre 2012 passant de 111 M€ à 117 M€.

Des résultats encourageants qui récompensent une stratégie tournée sur l'innovation technologique de la fibre optique avec un déploiement national toujours plus important et le lancement cette année de La Box by Numericable. Avec 4,6 millions de foyers raccordés et 532 000 abonnés à la fibre optique, l’entreprise est en effet leader sur ce marché aux perspectives prometteuses. La concurrence est loin derrière puisqu’Orange affiche 1,3 million de foyers raccordés et 120 000 abonnés.

Cette bonne santé financière devrait permettre à Numericable de continuer à investir massivement dans l’innovation technologique. L’entreprise anticipe en effet des "besoins exponentiels de débits" dans les prochaines années et pourrait investir 200 millions d’euros chaque année pour le développement
 

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here