Numericable en pole position pour l’acquisition de SFR

Numericable en pole position pour l’acquisition de SFR

Depuis quelque temps Patrick Drahi est dans la ligne de mire du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui menace Numericable d’un contrôle fiscal. C’est lors d’une conférence, lundi dans la matinée, que Patrick Drahi a remis les pendules à l’heure et justifié le programme de Numericable en cas de fusion avec le légendaire opérateur SFR. 

Des synergies de création

Numericable est confiant, la fusion de l’opérateur avec le groupe SFR c’est «l'avenir des télécoms en France qui est assuré ».  Peu importe qu’Arnaud Montebourg lui tire dans les pattes, son objectif est de créer un « champion national » et pour y parvenir, l’opérateur ne fera aucune concession. Outre le rachat par Vodafone  du câble en Espagne,  le groupe ambitionne une croissance basée sur 4 piliers : fixe, mobile, particuliers, entreprises.

Alors que Numericable possède le soutien inébranlable de Vivendi, l’opérateur justifie cette fusion par l’innovation plus que par la production « ce sont des synergies de création, et pas seulement d'économies ». La fibre optique quant à elle, semble être au centre du débat.  La France cumule un retard certain en termes de téléchargement  4,6 Mbps contre 16,8 en Belgique. Le but est de pouvoir améliorer le positionnement français. Et si SFR a relié Paris à toutes les routes de France en fibre optique, Numéricable déplore le DSL. Le ralliement de la fibre THD avec la fibre optique de SFR permettra « un réseau fibre optique exceptionnel» selon le groupe. 

 

Drahi l’intraitable

Voilà la promesse de l’opérateur en cas de fusion : un meilleur service pour un meilleur débit. Et il se veut rassurant auprès du gouvernement inquiet de cette acquisition. Les arguments de Montebourg se justifient par une suppression de postes massive et un surendettement incontrôlé. Drahi a certifié qu’il n’y aurait aucun impact négatif sur l’emploi, avec aucune fermeture de boutiques SFR. En ce qui concerne la dette, sans covenant, donc sans contrainte si ce n’est les intérêts, Numericable compte la rembourser aisément grâce à l’allègement d’impôt dont il bénéficie.

«Nous sommes favorables à un retour à trois opérateurs (…) parce que nous pensons que ça ne porte pas préjudice aux consommateurs », déclare Montebourg à propos du positionnement gouvernemental.  Pourtant, la France offre les meilleurs tarifs au monde grâce à la concurrence. Drahi lui est favorable et compte la préserver en maintenant des prix cassés, dont ceux de la 4G.

Quant aux critiques véhémentes de Montebourg à propos de ses actifs à l’étranger, Drahi rétorque avec humour que «je vais investir 3 milliards d'euros en France, c'est déjà un rapatriement massif ». Intraitable, sa famille demeurera en Suisse. « Je ne crois pas que madame Michu qui achète 1 Giga s’intéresse au fait que je vive en Suisse », ajoute-t-il.

Ce sujet décentralise pourtant le vrai débat, l’objectif de cette fusion étant « la création de croissance avec un investissement intelligent. » Voilà, en somme, ce que l’on doit retenir.

 

 

 

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here