L’appel de Martin Bouygues contre Free Mobile

L'appel de Martin Bouygues contre Free Mobile

Il y a quelques jours, Bouygues Télécom annonçait la suppression de quelques 556 emplois pour redresser son budget. Des licenciements que l'opérateur impute directement à l'arrivée de Free Mobile et ses forfaits Low-Cost.

 

Martin Bouygues espère que l'état prendra des mesures pour arrêter Free qui représente, pour lui, un véritable danger autant sur le plan de l'emploi que sur le plan des investissements. En effet, Free Mobile bénéficie d'une situation particulière.

Free Mobile bénéficie d'un contrat d'itinérance avec Orange, l'opérateur historique, ce qui lui donne « la possibilité de n'investir dans son réseau mobile que là où il est sûr que c'est rentable ». Un problème, pour la concurrence qui, elle, doit faire face à des investissements à perte ou non-rentables dans l'immédiat.

Free Mobile « n'a donc pas les mêmes contraintes d'investissement que ses trois concurrents » écrit Martin Bouygues dans une lettre adressée aux députés français par laquelle il espère convaincre les élus à prendre des mesures.

Les investissements de Free sont, en effet, moindres grâce à cet accord d'itinérance. Dans le mobile comme dans le réseau fixe, Free ayant, semble-t-il, cessé le déploiement de sa fibre optique, Free investit beaucoup moins que ses concurrents ce qui lui permet de maintenir les prix bas qui ont fait son succès.

Martin Bouygues demande deux choses : d'une part que le contrat d'itinérance pour le réseau mobile ne soit pas prolongé après six ans, et d'autre part que Free ne puisse pas bénéficier d'un contrat d'itinérance pour la 4G.

Car, l'année prochaine, la 4G, le très haut débit mobile, va entrer sur la scène ce qui risque de nouveau de créer un tremblement de terre chez les opérateurs. Free Mobile aurait déjà pris contact avec Orange pour une itinérance sur cette technologie.

Mais, comme le souligne Martin Bouygues, « les autres opérateurs ont déjà investi des sommes considérables » et les investissement futurs seront de l'ordre de plusieurs centaines de millions d'euros afin de déployer et d'utiliser la 4G.

« Une telle itinérance aurait pour conséquence de distordre encore plus la concurrence et d'aggraver très fortement le déséquilibre actuel » conclut Martin Bouygues. 

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here