Supercalculateurs : Intel sur le point de passer le cap de l’Exascale ?

Supercalculateurs : Intel sur le point de passer le cap de l’Exascale ?

Une technologie optique pour les supercalculateurs d’Intel. Son but ? Améliorer la performance de ses systèmes.

Moins gourmande en énergie

Prévus pour 2015, Intel devrait recourir aux impulsions lumineuses pour transférer les données à très grande vitesse dans les supercalculateurs : des liaisons optiques qui transportent l'information plus rapidement que les câbles de cuivre entre l'ordinateur et ses unités de stockage, ce qui devrait améliorer les performances globales du système.

« Si tous les noeuds de calcul sont connectés par des liens photoniques, cela commence à faire une différence au niveau de la performance applicative », note Charlie Wuischpard, directeur général de la division HPC d'Intel. Déjà utilisées pour effectuer des transferts haut débit à faible consommation sur les réseaux de communication, les impulsions lumineuses trouvent aussi place dans les PC et datacenters. La technologie Thunderbolt se sert de la lumière pour relier à 20 Gbps environ des ordinateurs à des disques durs externes.

« La technologie optique requiert moins d'électricité pour transmettre le signal sur n'importe quelle distance », explique Nathan Brookwood, analyste du cabinet Insight 64. « Il est difficile de concevoir des interfaces optiques à un coût raisonnable, mais Intel a trouvé une façon rentable de raccorder émetteurs et récepteurs aux systèmes. C'est une technologie qui arrive », estime l'analyste.

Pour Intel, elle est importante pour passer le cap de l'Exascale. L’entreprise veut parvenir entre 2020 et 2022 à réaliser un supercalculateur exaflopique capable de fonctionner dans un datacenter de 20 mégawatts. Actuellement, le HPC Chinois Tianhe-2, qui continue à culminer en haut du Top500, fournit en pointe une performance de 33,86 Petaflops.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here