Pour l’Arcep, la France doit accélérer le déploiement de la fibre optique

Pour l’Arcep

Interviewé dans le cadre de la conférence de l’IDATE (l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe) qui se tient actuellement à Montpellier, Jean-Ludovic Silicani, président de l’Arcep, estime que la France doit encore accélérer le déploiement de la fibre optique sur le territoire.

Pour M. Silicani « l’accélération des déploiements a vraiment démarré » et le nombre de prises fibre optique avec architecture FTTH (Fiber To The Home) devrait atteindre 2 millions à la fin du 3ème trimestre de cette année.

Le rythme idéal, pour le président de l’Arcep, est de « 2,5 millions de nouvelles prises par an », un rythme qu’il faut atteindre en moins de trois ans et maintenir durant 10 ans au moins.

M. Silicani explique aussi la lenteur de l’adoption de la fibre optique de la part des français par le fait que le déploiement se développe en particulier dans les zones denses où le réseau ADSL « est de très bonne qualité ». « Les abonnés ne voient pas encore l’intérêt ou l’utilité de passer à la fibre optique » ce qui explique la différence qui existe entre le nombre d’abonnés à la fibre optique en Europe de l’Ouest et en Europe de l’Est.

Jean-Ludovic Silicani se félicite néanmoins de la création de la mission nationale pour le déploiement de la fibre optique décidée par le gouvernement, « ce qui manquait jusqu’à présent », mais estime nécessaire de « recruter et former plusieurs milliers d’ouvriers, techniciens et ingénieurs » qui sont nécessaire pour pouvoir « atteindre le rythme de 2,5 millions de prises par an ».

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here