La fibre optique doit être une priorité du gouvernement

La fibre optique doit être une priorité du gouvernement

Le sénateur Philippe Leroy, le président du Syndicat Mixte Dorsal, Alain Lagarde, et Hervé Richard, président du Syndicat Mixte «Ardèche Drome numérique» ont publié une tribune dans laquelle ils incitent le gouvernement à faire tout le possible pour le déploiement de la fibre optique en France.

C’est à l’occasion des Universités d’été des territoires numériques (RuraliTIC) que les trois élus ont voulu montrer l’importance que la fibre optique doit jouer pour le gouvernement. Ils ont donc publié une tribune adressée directement au président de la République et au gouvernement Ayrault.

Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Economie Numérique et Cécile Duflot, ministre du Logement étaient présente lors de ces universités d’été dont le thème principal était le développement du numérique, en particulier dans les zones rurales frappées par la « fracture numérique ».

Pour les trois élus, le chantier de la fibre optique est primordial et stratégique car il permet de remonter le niveau de compétitivité des territoires ruraux alors qu’aujourd’hui nombre zone rurales, les « zones blanches » en termes de déploiement, ont encore difficilement accès ne serait-ce qu’à une connexion ADSL.

Or, comme le précisent les élus, aujourd’hui la connexion internet avec un bon débit permet aussi l’accès à divers services fondamentaux autant sur le plan personnel que sur le plan sociétal. Ce n’est pas pour rien qu’ils la comparent à un « besoin primaire » équivalent à l’eau, l’électricité ou le gaz.

Dans cette tribune les élus mettent l’accent sur le rôle de l’état, rôle qu’il a joué dans le passé avec succès et qu’il doit jouer à nouveau : actuellement, grâce à l’état, la construction de « plus de 2 millions de prises est engagée ».

Philippe Leroy et le sénateur Hervé Maurey sont, d’ailleurs, à l’origine de la proposition de Loi n°118 déjà votée au Sénat qui vise à développer le réseau fibre optique sur l’intégralité du territoire. Les trois élus demandent donc que cette loi soit étudiée et adoptée au plus vite par l’Assemblée Nationale afin qu’elle puisse être appliquée dans les plus brefs délais.

Les efforts des élus pour l’aménagement numérique ont déjà débouché sur la table ronde du 27 juillet dernier où les propositions de « l’appel de Valence » ont été écoutées. Mais les élus demandent que le gouvernement s’investisse plus et en particulier qu’il révise le « Plan National Très Haut Débit », en particulier « sur la pérennité et le montant des aides aux collectivités locales et sur le périmètre de leurs interventions, en rendant éligibles leurs projets intégrés, associant zones urbaines et rurales, zones denses et moins denses à l'échelle d'un même territoire, région, département ou agglomération. »

Toutes ces mesures qui s’inscrivent dans la volonté du gouvernement d’une France 100% très haut débit d’ici 2022 permettront à la France d’être aux premières lignes de la révolution numérique et de bénéficier au mieux de tous les atouts qu’une connectivité très haut débit apporte à l’économie, à la société et aux personnes.

Et c’est sur des mots pleins d’espoir que Mr Leroy, Mr Lagarde et Mr Rasclard terminent cette nouvelle tribune :

« Sachons relever ce nouveau défi. Pour une France plus forte dans le concert des nations de ce nouveau siècle, "le très haut débit, c'est maintenant" ! »

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here