La 4ème vague de cloud computing sera verticale

La 4ème vague de cloud computing sera verticale

Après le cloud privé, publique et hybride, la quatrième génération de cloud sera le « community cloud ». Un concept qui fait ses preuves auprès de la Bourse de New-York et pourrait bien séduire de nombreuses entreprises.

« On a tous entendu parler du cloud privé, public ou hybride. Mais que se passe-t-il quand vous connectez une base de données géante sur un réseau fermé, et que vous vendez vos services de cloud à un groupe sélectionné d'entreprises avec des besoins communs ? » demande Ken Jennings. La réponse est le « community cloud ».

Ce n'est pas vraiment un cloud hybride, mais plutôt un cloud spécialisé disponible uniquement pour les entreprises membres.

Le NYSE (New-York Stock Exchange : la Bourse de New-York) Technologies a construit l'un des premiers de ces community clouds, ciblé sur le secteur financier évidemment, appelé le Capital Markets Community Platform (plateforme communautaire des marchés des capitaux, CMCP) qui fournit toutes les sociétés membres avec la puissance nécessaire pour leurs milliards de transactions faites par jour.

En effet, alors que certains partisans du cloud affirment que les temps d'arrêts sont inévitables, le NYSE ne peut pas se permettre ces latences. Une seconde peut changer le portefeuille d'un actionnaire.

Ni privé, ni publique, ni hybride…

Pour se démarquer des autres plateformes de cloud computing, le CMCP fournit également des services spécialisés, des applications et des analyses, afin de répondre aux besoins particuliers de ses clients.

L'idée est qu'il ne s'agit pas d'un cloud que les utilisateurs ont besoin de plier à leurs besoins. C'est un cloud construit spécifiquement avec leurs besoins en tête.

Les membres du community cloud bénéficient du fait que le fournisseur de cloud connaît parfaitement l'espace de ses consommateurs, la manière dont ils exercent leurs activités, leurs besoins partiuliers, leur environnement réglementaire, leurs exigences en matière de sécurité.

Comme le cloud privé, le community cloud accorde une grande importance à la sécurité. Mais comme le cloud publique, il tire profit de l'infrastructure partagée pour réduire les coûts pour les différentes entreprises membres. Contrairement au cloud hybride, le community cloud va au delà de l'environnement informatique partagé pour les test de développement.

Avec le community cloud, le NYSE propose diverses solutions à d'autres organisations dans le domaine de la négociation financière, en accordant la vitesse et la flexibilité du cloud, sans le coût d'un investissement dans un cloud privé, et sans sacrifier la sécurité.

Un système qui devrait en séduire plus d'un

Chuck Hollis, directeur de la technologie chez EMC Global Marketing, estime que le modèle du community cloud est une quatrième option de cloud que d'autres industries pourraient envisager en fonction de la réussite de l'approche du NYSE. Il dresse une liste de conditions déterminant qu'une entreprise a besoin du community cloud :

  • L'activité doit être très exigeante du point de vue du calcul de l'information.
  • Les coûts d'entrée pour atteindre une masse critique doivent être assez élevés.
  • Des préoccupations supérieures à la moyenne sur la sécurité, la disponibilité, la gouvernance et la conformité.
  • Un bon degré de partage des informations provenant de sources courantes.
  • Une cohérence raisonnable dans les applications utilisées par la communauté.
  • Un désir de collaboration rivale à travers des interactions avec d'autres membres de la communauté.

Si le community cloud continue de s'imposer en tant que solution à part entière, la famille du cloud computing pourrait bien devoir faire de la place pour un nouvel arrivant.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here