Fibre Optique : septembre 2012, une rentrée décisive

Fibre Optique : septembre 2012

La table ronde qui a eu lieu à Bercy avec la participation de Fleur Pellerin et Cécile Duflot n’était pas à visée décisionnelle. Mais la rentrée prochaine sera probablement un tournant pour le gouvernement au sujet du très haut débit.

 

Tous les yeux sont donc tournés vers septembre 2012 puisque c’est là que le sort du numérique en France sera décidé. La réunion de Bercy, bien que non décisionnelle, nous permet toutefois de présager quelques unes des mesures qui seront annoncées à la rentrée.

A la réunion ont participé les principaux fournisseurs d’accès à internet français comme Orange ou Numericable. Ce dernier, à l’issue de la table ronde, a annoncé avoir renouvelé ses engagements avec le gouvernement dans un communiqué de presse.

Outre les FAI, des élus et des industriels du secteur étaient présent pour plus de trois heures de débat, un débat qui devrait continuer tout l’été pour aboutir, selon la volonté de Fleur Pellerin, à une feuille de route du numérique pour la rentrée prochaine.

Aucune décision n’a donc été prise, mais quelques idées ont été remarquées. Première entre toutes, la nécessité d’un pilotage de la part de l’Etat, idée qui fait son chemin depuis l’Appel de Valence.

Mais il a aussi été question de réduire le temps accordé au déploiement du très haut débit. Ce ne sera plus en 2025 que la France sera 100% fibre optique mais en 2022. Pourtant, les spécialistes ne cessent d’avertir que la France est en retard. Cette nouvelle instance gouvernementale pourra-t-elle tout changer aussi radicalement ?

Les zones peu denses seront probablement celles qui seront fibrées le plus tard, comme on pouvait le prévoir. Toutefois, la ministre de l’Egalité des Territoires, Cécile Duflot, a énoncé la possibilité d’une augmentation graduelle du débit dans ces zones.

Niveau financement, la question reste ouverte et aucune nouvelle proposition ne semble avoir été faite comme le remarque Laure de la Raudière, députée UMP d’Eure-et-loire : « Les ministres ont confirmé le cadre réglementaire, ce qui crée une stabilité pour les opérateurs et les collectivités, et ont annoncé un pilotage national, ce qui manquait clairement. Cependant, la question du financement reste entière. »

Les questions sans réponse en trouveront une en septembre prochain quand nous saurons exactement la nature et les missions de cette nouvelle entité gouvernementale.
 

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here