L’Avicca critique fortement la « montée en débit » annoncée par Free

L'Avicca critique fortement la

La société Free a annoncé, au travers d’un communiqué de presse, sa volonté d’augmenter le débit de ses abonnés partout en France. Une bonne initiative à première vue qui est vivement critiquée par l’Avicca.

L’association accuse la société de Xavier Niel de « théoriser la France à deux vitesses ».
Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel, l’Avicca, est particulièrement remontée contre la société d’Iliad après son annonce du 19 septembre. Et pour cause : pour elle l’annonce de Free est l’annonce d’une France à « deux vitesses » et donc du maintien de la fracture numérique.

Or, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et, surtout, la ministre de l’Economie Numérique Fleur Pellerin, veulent apporte le très haut débit pour tous d’ici 2022. Une annonce souvent répétée mais que Free ne semble pas avoir parfaitement entendu.

Le projet de Free est résumé par l’Avicca dans son communiqué comme suit : « apporter la fibre optique et le Très haut débit dans des grandes villes d’un côté, et le simple haut débit dans quelques zones blanches de l’autre, et ce plus de dix ans après que les grandes villes en aient bénéficié. »

Les zones blanches semblent donc littéralement abandonnées par la société d’Iliad qui, rappelle l’Avicca, avait critiqué les propos de France Télécom. L’opérateur historique avait en effet différentié les besoin de la « mamie du Cantal » et ceux des « Geeks » des grandes villes. Mais voilà que Free semble faire de même.

L’Avicca accuse aussi Free de laisser les collectivités rurales prendre en charge la majorité des travaux tandis que ses investissements se concentreraient dans les « zones rentables » soit les grandes villes.
En somme, l’Avicca reproche à Free d’aller totalement à l’encontre du gouvernement et de lancer la France sur un modèle à « deux vitesses » qui consisterait en « la fibre pour les uns, le simple haut débit et des impôts pour les autres. »

Un modèle économique qui serait valable pour « un opérateur » mais pas pour « les citoyens ».

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here