Free obtient un prêt européen de 200 millions d’euros pour la fibre optique

Free obtient un prêt européen de 200 millions d'euros pour la fibre optique

Après un premier prêt de 150 millions d'euros en 2010, la Banque européenne d'investissement (BEI) vient d'accorder un nouveau prêt de 200 millions d'euros à Free pour le développement de son réseau très haut débit.

Signé lundi 27 août entre le vice-président de la BEI, Philippe de Fontaine Vive Curtaz, et le PDG du groupe Iliad, Xavier Niel, ce contrat de financement de 200 millions d'euros sera orienté vers les "réseaux fixes de nouvelle génération". Pour la BEI, il est devenu stratégique de soutenir le développement de "technologies de l'information performantes".

Xavier Niel, le PDG de la maison mère de Free, se réjouit de ce soutien européen. "Ce second prêt marque le lien de confiance et de compréhension de la BEI envers Free" souligne-t-il dans un entretien au Figaro, ajoutant que Free est "loin devant les autres. Nous sommes le premier déployeur de fibre en propre en France".

Mais cette déclaration a de quoi surprendre lorsqu'on analyse le développement de la fibre optique chez l'opérateur Free. En 2010 par exemple, Free affirmait vouloir atteindre 700 000 abonnés au très haut débit pour la fin 2012 et un total de 4 millions de foyers raccordables à son réseau fibre optique.

Deux ans plus tard, Free est très loin du compte. D'après l'Idate, l'entreprise de Xavier Niel ne dénombre que 28 000 clients abonnés à la fibre optique pour 450 000 foyers raccordés. On est donc bien loin des objectifs de Free et des déclarations de Xavier Niel.

Avec 0,6% du marché de la fibre optique en France, Free reste loin derrière Numericable, le cablo-opérateur affichant plus de 530 000 abonnés au très haut débit.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here