Free lance la 4G low cost, une « coquille vide »?

Free lance la 4G low cost

L’opérateur a annoncé qu’il allait offrir la 4G à moindre coût. Un nouveau coup de com’ de Xavier Niel pour redynamiser son offre mobile. Une annonce largement critiquée par ses concurrents et la presse spécialisée.

 

En annonçant son offre 4G à 19,90e par mois, Free mobile bouscule une nouvelle fois le marché des télécoms. A condition de détenir un smartphone adapté mais aussi et surtout de trouver un réseau Free. L’opérateur ne dispose en effet que de 1336 antennes autorisées, dont 700 en service (en comparaison SFR en compte 1013, Orange 3879 et Bouygues 5392).  Il ne couvre que 1000 commune quand la France en compte 36 000. Free précise d’ailleurs en bas de son communiqué en petits caractère que « Le service peut être affecté du fait d'obstacles (immeubles hauts, reliefs…) ».

Dès cette annonce les réactions n’ont pas tardé à voir le jour. En tête le PDG d’Orange, Stéphane Richard qui estime que Free vendait «du vent». Il a rappelé le nombre d’antennes dont disposait Free Mobile, précisant que ce dernier ne vendait pas de la 3G mais de la 4G et que l’opérateur devait donc «arrêter de prendre les gens pour des andouilles». L’UFC Que Choisir a qualifié de « bizarre » la couverture annoncée.

Le gouvernement a également alerté les futurs clients. Benoît Hamon, ministre délégué chargé de la consommation, et Fleur Pellerin, chargée de l'économie numérique, ont invité les utilisateurs à «consulter les cartes de couverture des opérateurs téléphoniques» avant de faire leur choix. La ministre a estimé qu’il fallait « faire attention à ne pas abîmer la 4G avec des offres qui seraient déceptives», en ajoutant qu’elle ne croyait pas au Père Noël : «  une offre c'est non seulement un prix mais c'est aussi une couverture et un débit ». Arnaud Montebourg a pour sa part déclaré que « l'annonce de Free apparaît comme un pari audacieux et risqué», ceci « alors que son réseau reste en construction ».

Critiquée également la couverture de l’opérateur mobile. Free ne dispose que d’une licence dans la bande des 2,6 Ghz et aucune dans les 800Mhz beaucoup plus efficients en termes de pénétration.  Alors même que l’internet mobile de Free montre quelques défaillances avec une 3G vivement critiquée avec notamment un accès limité à des sites tels que YouTube.  Sans mobile subventionné ou de réseau de qualité il est possible que l’opérateur peine à ameuter les foules avec son annonce, malgré un coût aussi attractif.

Juste avant les fêtes de fin d’année, ce coup de com’ même s’il s’avère n’être qu’une coquille vide est, il faut l’admettre, parfaitement calculé.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here