Free et le VDSL2 : le très haut débit pas pour tous

Free et le VDSL2 : le très haut débit pas pour tous

Le tweet du journaliste François Sorel vient de relancer le débat : il annonce le basculement du parc ADSL de Free vers le VDSL2. Le très haut débit, donc mais vraiment pas pour tout le monde. Et surtout toujours pas de fibre optique chez Free.

Free et le VDSL2 : la technologie qui ne résout rien

Alors que la demande en débit est de plus en plus forte en France, certains opérateurs misent sur le VDSL2 au lieu de la fibre optique, comme Free. Si l'opérateur va basculer l'intégralité de son réseau en VDSL2, quel est le véritable intérêt pour les Français ?

Certes, certains vont effectivement bénéficier de débits au dessus de 30 Mbps (limite fixée par l'Arcep pour l'appellation « très haut débit »), ce nombre reste très limité. En utilisant la boucle cuivre, cette technologie n'est pas aussi performante que la fibre optique, loin de là.

Pour avoir un débit de plus de 30 Mbps il faut : être à proximité du central téléphonique (moins d'un kilomètre faute de quoi les débits sont similaires à ceux de l'ADSL) et y être relié directement sans passer par un sous-répétiteur et, chez Free, disposer de la Freebox Revolution car ni les anciennes versions de la Freebox ni même la toute dernière Freebox Crystal ne sont compatibles avec le VDSL2.

Les spécialistes du secteur plébiscitent la fibre optique

Le VDSL2 ne plaît pas aux spécialistes du secteur car il n'est pas viable sur le long terme et ne permet d'obtenir du très haut débit que pour 6 % des 31 millions de lignes ADSL de France.

L'AVICCA, d'ailleurs, continue de demander l'arrêt de la boucle cuivre et demande le déploiement massif de la fibre optique en France.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here