Free critique le THD et se fait remettre à sa place

Free critique le THD et se fait remettre à sa place

Lors de la conférence Graco, conférence qui a rassemblé les opérateurs et les représentants des collectivités, le représentant de Free a critiqué le Très Haut Débit. Une intervention peu appréciée par les spécialistes du secteur et les représentants qui ont vivement critiqué cette position.

Laurent Laganier, directeur de la réglementation et des relations avec les collectivités de Free, a remis en question la viabilité économique du plan de déploiement du très haut débit préférant mettre l’accent sur la montée en débit. Free est en effet très intéressée par le VDSL2 qui lui permettrait de déployer du THD sans aucun investissement. Mais le VDSL2 n’est pas une solution envisageable à long terme.

« Faire le lien entre l’équipement des ménages en fibre optique et la compétitivité du pays est abusif. Le FTTH est tiré par le loisir, à savoir regarder la télévision haute définition par fibre sur plusieurs écrans. Sur l’ensemble des autres usages domestiques – e-administration, e-learning,… – nous avons l’impression que le haut débit à 10 Mbit/s est suffisant » a déclaré M. Laganier avant de continuer :


« Par ailleurs, compte tenu de l’usage que les ménages font de la fibre optique, pour faire décoller le FTTH, ce n’est pas le cuivre qu’il faudrait éteindre, mais la TNT et la télévision par satellite ». Free déploie essentiellement de l’ADSL et l’extinction du cuivre risque d’être un gros problème pour l’opérateur qui a cessé le déploiement de la fibre optique depuis plusieurs mois.

Cette intervention n’a pas manqué de susciter l’indignation des présents pour qui la fibre optique est une technologie nécessaire pour l’avenir du pays, une position partagée par tous les experts du secteur français et mondiaux.

Laure de la Raudière a été la première à réagir. La députée de l’Eure et Loire met l’accent sur le fait qu’il n’y a pas de différence entre l’usage de la fibre optique en ville ou à la campagne. La fibre optique « n’est pas uniquement un enjeu industriel et de compétitivité, mais aussi d’aménagement du territoire. »

François Lambert, vice-président de l’Avicca, a attaqué Free frontalement, et en particulier sur son déploiement : « Iliad nous dit qu’il faut monter en débit, alors que lui-même n’ira jamais dans les campagnes pour le faire, car il préfère se concentrer sur les gros immeubles ».

Jérôme Coutant, membre de l’Arcep, a continué la réponse unanime des présents en précisant que déployer le très haut débit est « un grand projet d’infrastructure » que l’on pourrait qualifier de « plus grand de cette décennie » et peut-être même de la décennie à venir d’après lui.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here