Fibre : les petits opérateurs s’attaquent au monopole d’Orange

Réunis au sein de l’association Alternative Telecom, les petits opérateurs des télécommunications se révoltent contre Orange, l’opérateur historique qui détient à ce jour 60% du marché des entreprises.

Vers une vraie ouverture du marché français ?

Par peur de se retrouver court-circuités, les petits opérateurs (Prixtel, Coriolis, etc.) souhaitent mettre en place une forme de « dégroupage » à plusieurs, qui leur donnerait la possibilité – via une plus importante puissance d’achat – d’utiliser le réseau fibre d’Orange.

Ces derniers espèrent depuis quelque temps déjà bénéficier d’un meilleur accès au réseau de fibre optique en vue d’atteindre des clients, notamment dans les grandes villes, et pourquoi pas reprendre le monopole dont bénéficie Orange.

Le problème rencontré est cependant conséquent : la France a en effet choisi un modèle de concurrence via les réseaux. Ce qui signifie que chaque opérateur doit investir lui-même afin de développer ses propres infrastructures de réseau. Un argument qu’avance Orange pour motiver son refus d’accéder à cette demande.

Mais pour le groupement Alternative Telecom, cet argument ne tient plus, car Orange disposait déjà d’un monopole en France dans le secteur et se serait servi de ce dernier afin d’en asseoir un nouveau dans la fibre.

L’association d’opérateurs avance également que l’infrastructure d’Orange fonctionnerait actuellement en sous-régime, en clair, qu’il y aurait de la place pour plus d’exploitants.

source

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here