Economie numérique : le développement de la fibre booste le secteur

Economie numérique : le développement de la fibre booste le secteur

Après la chute vertigineuse des investissements en 2014, l'année 2015 devrait être boostée par le développement de la fibre. Le territoire doit désormais bénéficier d'une couverture totale en très haut débit. C’est de bon augure tant les bénéfices du développement de l’économie numérique sont nombreux, quitte à devoir se passer de nos vieilles cabines téléphoniques, aujourd'hui utilisées moins d'une minute par jour et par cabine.

Les investissements devraient reprendre en 2015

Après une année 2014 morose en investissements réseau des opérateurs, 2015 devrait être plus fructueuse. Les investissements étaient pourtant passés en dessous de la barre symbolique des 7 milliards d'euros, selon l'observatoire du marché de l'Arcep, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes. L'entrée fracassante de Free sur le marché du mobile en 2012 se faisait toujours sentir. Le rachat de SFR par Numericable, qui a pris plusieurs mois, a également été vécu comme une pause dans les investissements. « Ce n’est pas un repli mais plutôt une pause, un trou d’air dû à la consolidation dans le secteur des télécoms » selon Sébastien Soriano, Président de l'Arcep.

La contre-attaque d'Orange dans la fibre devrait relancer les investissements et le dynamisme du marché du très haut débit. Free pourrait également bénéficier d'un lot de fréquences garanti, qu'il réclame depuis longtemps, lui qui en possède moins que ses concurrents. « La course aux investissements est là. Il faut qu’elle puisse être monétisée par les opérateurs et qu’elle soit équitable, ce à quoi nous devons veiller à l’Arcep », explique Sébastien Soriano. Numericable poursuit également ses opérations de montée en débit dans plusieurs villes, dont Brest, Nice et Dunkerque. En rejoignant la FIRIP, le câblo-opérateur a permis d'accroître les investissements de la Fédération et promet surtout de conserver sa place de leader du très haut débit et de la fibre optique.

En décembre 2012, 50 entreprises spécialisées dans le déploiement réseau se sont associées pour former la FIRIP, la Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique. En mai 2013, elles ont été rejointes par un acteur de poids dans le très haut débit : Numericable. Avec plus de huit millions de prises tous types confondus, Numericable est le leader incontesté du très haut débit et de la fibre. Et grâce à l'acquisition de SFR en 2014, il est aussi devenu un opérateur de premier plan dans le secteur des télécoms. Pour Etienne Dugas, président de la FIRIP, « l'adhésion de Numericable permet à la FIRIP d’être la Fédération professionnelle qui représente le plus grand nombre d’abonnés au très haut débit recensé par l’observatoire trimestriel de l’Arcep. Cela renforce le rôle et l’action des membres de la FIRIP, au travers des actions des collectivités locales initiatrices de réseaux d’initiative publique, acteurs majeurs du déploiement du très haut débit ». Ce marché gagnant-gagnant entre le géant du très haut débit et les acteurs plus petits de la FIRIP permettra de booster le secteur. Numericable peut en effet profiter des co-investissements dans les collectivités locales et continuer à augmenter les débits dans les villes, les intercommunalités et les départements.

Tout le territoire couvert en très haut débit d'ici 2017

Le nouvel amendement voté par le Sénat dans le cadre de la loi Macron obligera les opérateurs à couvrir tout le territoire en 3G et 4G d'ici 2017. Environ 4000 communes seraient mal ou pas du tout desservies par un réseau mobile. Pour mettre fin à ces zones blanches et grises, l'Etat met à la charge des opérateurs le financement de ce déploiement réseau, à l'exception de quelques zones. Pour Emmanuel Macron, le financement « c’est d’abord celui des opérateurs, l’entretien ce sont les opérateurs. Les financements complémentaires pour les zones blanches hors centre-bourg, l’Etat les cofinancera avec les collectivités territoriales. » L'Arcep sera chargée de veiller au respect de cet amendement. « Ce sera une obligation, rappelle le ministre de l'Economie, les opérateurs qui contreviendront pourront être sanctionnés par l’Arcep, ce n’était pas le cas jusqu’à aujourd’hui ».

Comment le réseau et le débit sont-ils devenus de tels enjeux ? Les zones mal desservies souffrent d'un décalage de productivité, d'efficacité et d'innovation, et ce sont tous les acteurs économiques d'un territoire qui en pâtissent. Les innombrables possibilités d'un monde connecté ouvrent en effet de réelles perspectives pour les entreprises, comme pour les particuliers. Le domaine de la santé, notamment, va connaître des réelles transformations d'ici quelques années. Gartner, entreprise américaine de recherche dans les nouvelles technologies, prévoit déjà que 4,9 milliards d'objets connectés seront sur le marché en 2015, et jusqu'à 25 milliards d'ici 2020. Un nombre croissant des wearables est dédié au suivi numérique de sa santé : distances parcourues, calories brûlées, nombre de pas, rythme cardiaque, qualité du sommeil… Tout peut être mesuré. Attention, tout de même, à l'égarement de quelques données personnelles dans ce nouveau nuage numérique.

Franck Mondet
Société SGI Informatique

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here