Actualité des réseaux, des FAI, de la télévision connectée et de la fibre optique.

Les protocoles IPv4 et IPv6

protocole ipv4 ipv6

Vous avez sans doute entendu parler de ce qu'on appelle une adresse IP et du protocole IPv4. Et peut-être même du protocole IPv6. Cette fiche technique va vous éclairer un peu sur la différence qui existe entre les deux.

Qu'est-ce qu'une adresse IP ?
Une adresse IP (Internet Protocol) est un numéro d'identification unique attribué tout matériel relié à un réseau informatique. Chaque ordinateur a, par exemple, une adresse IP s'il fait partie d'un réseau de deux ou plusieurs ordinateurs, et ce même s'il n'est pas connecté à internet.
L'adresse IP permet donc d'envoyer des paquets de données à un ordinateur précis puisque chaque ordinateur du réseau a une adresse unique, et donc chaque ordinateur connecté à internet a une adresse unique. Ces adresses IP peuvent être attribuées manuellement par l'administrateur du réseau ou bien automatiquement par le protocole DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol).
Cette définition est valable qu'il s'agisse d'une adresse IP utilisant le protocole IPv4 ou une adresse IP utilisant le protocole IPv6.


Pourquoi deux protocoles distincts pour les adresses IP et quelle est leur différence ?
Au-delà de considérations extrêmement techniques sur les améliorations apportées par le protocole IPv6 au niveau du transfert des données, la création du protocole IPv6 répond à un problème pratique lié au développement d'internet.


Le protocole IPv4 :
Le protocole IPv4 a été créé lors de la création d'Internet dans les années 70. Personne ne pouvait s'imaginer que 40 ans il y aurait eu autant d'ordinateurs reliés au réseau. En fait, on n'imaginait même pas qu'internet tel que nous le connaissons aurait existé un jour.
Le protocole IPv4 est codé en 32 bits (soit une suite de 32 chiffres qui sont soit des 0 soit des 1) bien que nous les connaissions plus sous la  forme de quatre nombres séparés par des points (ex : 192.168.74.22). Chacun de ces nombres représente un octet (soit 8 bits).
Le protocole IPv4 permet donc l'attribution de 232 adresses c'est à dire plus de 4 milliards d'adresses différentes (4.294.967.296 très exactement) ce qui semblait plus que suffisant dans les années 70. Mais dans les années 1990, l'expansion d'internet a rendu nécessaire la création d'un nouveau protocole, le protocole IPv6 qui permet l'attribution d'un nombre beaucoup plus important d'adresses IP. Le 3 février 2011, le nombre d'adresses IPv4 publiques est arrivé à saturation (ce qui ne signifie pas qu'elles existent toutes ou qu'elles aient toute été attribuées à des machines distinctes mais que les fournisseurs d'accès à internet ne peuvent par exemple plus en demander des nouvelles).


Le protocole IPv6 :
Le protocole IPv6 fonctionne sensiblement comme le protocole IPv4. Il a été officiellement lancé en décembre 1998 et est le résultat des travaux menés durant les années 1990 au sein de IETF (l'Internet Engineering Task Force).
Ce fonctionnement très similaire permet le passage de l'IPv4 à l'IPv6 de manière très simple sans que les utilisateurs d'internet ne remarquent une différence ni n'aient à faire de manipulations particulières au niveau de leur box ou de leur ordinateur.
Le protocole IPv6 a été développé afin de permettre une attribution d'un nombre majeur d'adresses IP et il a été opté pour un codage à 128 bits. Ce codage permet au protocole IPv6 d'attribuer 2128 adresses IP ce qui est équivalent à environ 667 millions de miliards d'adresses IP par millimètre carré de surface terrestre.
Une adresse IP utilisant le protocole IPv6 s'écrit avec l'écriture héxadécimale. Elle prend la forme de huit groupes de 2 octets (soit 16 bits par groupe) séparés par des deux points (:).
Ex : 2001:0ab8:0000:85a3:0000:0000:bc1f:8001
Il existe des règles pour rendre ces adresses plus courtes sans en perdre l'unicité.
On peut omettre 1 à 3 chiffres zéro non significatifs. L'adresse ci-dessus est donc équivalente à celle-ci :
2001:ab8:0:85a3:0:0:bc1f:8001
Il est aussi possible d'omettre une unique suite de un ou plusieurs groupes consécutifs de 16 bits tous nuls, en conservant les signes deux-points de chaque côté de la suite de chiffres omise, c'est-à-dire une paire de deux-points (::). Les deux adresses ci-dessus équivalentes l'une à l'autre sont aussi équivalentes à celle-ci:
2001:ab8:0:85a3::ac1f:8001
 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire

Réseaux sociaux

LaFibreOptique.com