La fibre optique, le moteur de la croissance française ?

La fibre optique

Jean-Michel Soulier, David El Fassy et Eric Jammaron, trois spécialistes de l’aménagement numérique des territoires, démontrent comment la migration définitive du haut débit (ADSL)  au très haut débit (fibre optique) pourrait redessiner le paysage économique français.

Les présidents de Covage et d’Altitute Infrastructure ainsi que le vice-président d’Axione Infrastructures, exhortent le gouvernement à fixer une date définitive concernant l’extinction définitive du cuivre et le passage à la fibre optique sur l’ensemble du territoire français.

Selon eux, la présence de deux réseaux fragilise l’économie française et dessine une France à deux vitesses : les abonnés ADSL bénéficient d’une performance bien moindre comparativement à ceux ayant un réseau fibre optique.

Aussi, la coexistence de deux réseaux  ne permet pas d’optimiser les financements et ralentit l’implantation d’infrastructures à même de connecter la population à un réseau très haut débit.

Or,  ces nouvelles infrastructures liées à l’avènement de la fibre optique profitent à la croissance : avec le très haut débit, près de 40.000 emplois qualifiés et non délocalisables pourraient être crées.

Et l’installation d’un réseau FTTH (fibre jusqu’à l’abonné) sur l’ensemble d’un territoire pourrait également dynamiser d’autres secteurs d’activité, profondément meurtris par la crise économique.

Il incombe donc au gouvernement de prendre des décisions rapides concernant la mort du cuivre afin que les retombées économiques et sociales soient profitables.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here