Déploiement de la fibre optique : la France est-elle dans les clous ?

Déploiement de la fibre optique : la France est-elle dans les clous ?

Le Gouvernement a réaffirmé la prédominance de la fibre optique sur les autres choix technologiques possibles pour respecter son plan très haut débit. Il prévoit que l’ensemble des foyers ait accès au très haut débit d’ici à 2022. Comme tout bon chantier qui se respecte, le calendrier est un peu contrarié.

Les objectifs de la Commission européenne en termes de très haut débit sont précis : éligibilité à des débits descendants supérieurs à 30 Mbits/s pour tous les abonnements et l’abonnement de la moitié au moins des ménages à des offres proposant des débits descendants à 100 Mbits/s.

La France s’efforce en conséquence de déployer des réseaux fibre optique sur son territoire depuis une vingtaine d’années et plus particulièrement de remplacer progressivement les boucles locales du réseau historique en cuivre par des boucles locales en fibre optique. Les chantiers n’avancent pas aussi vite qu’il faudrait. Il y a, comme toujours, quelques aléas sur le terrain.

Le chantier de Palaiseau par exemple, la première ville de France raccordée à 100 % à la fibre optique, connaît une pause. Orange, qui souhaite déployer la fibre optique dans la ville, ne peut pas contraindre les autres opérateurs (SFR, Free et Bouygues Telecom), à arrêter leurs offres ADSL. La fermeture du réseau cuivre est donc reportée. Le projet sera relancé quand le délai réglementaire de cinq ans arrivera à son terme. Une pause symboliquement forte, alors que la fibre optique bat de l’aile en France.

Selon l’observatoire trimestriel de Arcep, seulement 50 000 nouveaux foyers se sont abonnés à la fibre en un an. Sur les 1,8 millions d’abonnés au très haut débit que comptait la France au 30 juin 2013, seules 415 000 personnes l’étaient via la fibre optique. Mais rien n’est perdu.

Il y a d’autres collectivités pour lesquelles le dossier de la fibre optique avance plus vite. C’est le cas du Syndicat Intercommunal d’énergie et de e-communication de l’Ain (SIEA) avec lequel Numericable a signé un partenariat. Le câblo-opérateur va progressivement ouvrir ses offres et services aux foyers du département de l’Ain ainsi qu’aux 84 000 foyers nantais. En outre, son introduction prochaine en bourse devrait accélérer les investissements dans la fibre optique, ce qui pourrait faire les affaires du Gouvernement.

À Dijon aussi, le PDG d’Orange, Stéphane Richard, et le sénateur-maire François ont lancé la nouvelle phase d’installation de la fibre dans le quartier de Grésilles pour un total de 36 000 foyers équipés. La fibre optique se déploie également progressivement à Saint-Brieuc et la fin des travaux est attendue pour 2018.

Que les objectifs ambitieux du Gouvernement rencontrent quelques difficultés, voilà qui est bien normal, surtout que le changement technologique en question est de taille. Gageons qu’elles ne sont pas trop nombreuses. Ceci dépend en partie de la bonne volonté des opérateurs.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here