Pour la Cour des Comptes l’Etat doit plus s’engager dans le déploiement de la fibre optique

Pour la Cour des Comptes l'Etat doit plus s'engager dans le déploiement de la fibre optique

Hier, jeudi 18 avril, la Cour des Comptes a publié un référé dans lequel elle indique que l'Etat semble insuffisamment impliqué dans le déploiement du très haut débit sur le territoire français. Le plan NKM/Besson serait en cause.

Les choses semblent avancer rapidement dans le sens de la volonté du gouvernement, à savoir une France fibrée à 100 % vers 2023. De plus en plus d'annonces de l'investissement de l'Etat font leur apparition. Mais pour la Cour des Comptes cela n'est pas suffisant et elle l'a fait savoir hier, jeudi 18 avril, dans un référé.

Si la Cour des Comptes demande que l'Etat organise mieux le déploiement du Très Haut Débit sur le territoire, c'est, d'après Fleur Pellerin, à cause du plan mise en place sous le gouvernement Fillon :

« La Cour des comptes relève les insuffisances du plan NKM/Besson du gouvernement Fillon. Il conforte les orientations du plan France Très Haut Débit annoncé par le Président de la République le 20 février, et détaillé lors du séminaire gouvernemental du 28 février dernier ». Une manière de dire que le nouveau gouvernement Ayrault fait, lui, les choses dans les règles.

La Cour des Comptes met en évidence divers problèmes concernant le plan Très Haut Débit comme, par exemple, un déploiement moins rapide que ce qui était prévu. Cela pourrait ralentir la date d'accomplissement d'une France 100 % fibrée, avec les problèmes économiques qu'un tel retard implique.

La question du cuivre et de l'extinction de l'ancien réseau reste, elle aussi, en suspens alors qu'elle est la condition sinequanone pour que le déploiement de la fibre optique avance à la vitesse désirée par les acteurs économiques et politiques.

L'Etat doit donc prendre de plus en plus de mesures, et la Cour des Comptes avait donné, lors d'un référé précédant daté du 8 avril, trois axes prioritaires : « Définir une stratégie nationale tenant compte de l'ensemble des technologies existantes, améliorer l'articulation des initiatives publiques et privées et redonner à l'Etat un rôle de planification et de pilotage ».

Jean-Marc Ayrault, premier Ministre, avait alors répondu que son gouvernement « veillera à ce que les poches de basse densité soient bien prises en compte dans les déploiement des opérateurs. Les engagements pris feront l'objet d'un suivi par un observatoire des déploiements mis en place par la structure de pilotage du déploiement des réseaux à très haut débit, dont la première publication aura lieu d'ici la fin de l'année 2013 » car les zones blanches sont ce qui fait le plus souvent défaut lors des plans de déploiement.

Le gouvernement, qui a annoncé en février dernier une enveloppe de 20 milliards d'euros pour les collectivités, espère avoir fibré l'ensemble de la France d'ici 10 ans et la moitié des foyers français avant 2017, fin du quiquennat de François Hollande.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here