L’Arcep réduit le nombre de zones très denses pour accélérer la mutualisation des réseaux

L’Arcep réduit le nombre de zones très denses pour accélérer la mutualisation des réseaux

L’Autorité de régulation des télécoms a officialisé, lundi 27 janvier, le cadre réglementaire régissant l’installation des réseaux de fibre optique en France. Le nombre de zones très denses a été revu à la baisse afin de favoriser la mutualisation des réseaux.

Augmenter le nombre de conventions entre collectivités et opérateurs

« L’Autorité a adopté une décision et une recommandation qui renforcent la mutualisation des réseaux FTTH par la réduction du périmètre des zones très denses, moins mutualisées, et la définition de solutions adaptées pour l’équipement des immeubles de moins de 12 logements ou locaux à usage professionnel, dans ces zones », a indiqué l’Arcep, dans un communiqué de presse diffusé le 27 janvier.

Les communes faisant partie des zones dites « très denses », qui étaient au nombre de 148, ne sont désormais plus que 106, soit environ 17 % du total des logements français. Ces 42 communes ayant changé de statut appartiendront désormais au cadre réglementaire prévu pour les zones moins denses. De cette manière, les collectivités locales et les opérateurs pourront « conclure des conventions de programmation et de suivi des déploiements ». En effet, dans les zones très denses, le déploiement de la fibre optique est assuré par les seuls opérateurs.

D’après l’Arcep, les réseaux FTTH « progressent à un rythme soutenu », le nombre de lignes ayant atteint les 3 millions.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here