La 4G pour tous n’est pas pour demain

La 4G pour tous n’est pas pour demain

Alors que la 4G fait son apparition dans les grandes villes à grand renfort de tambours, certaines régions rurales ne sont pas encore couvertes par le simple réseau. L’arrivée du très haut débit mobile risque donc d’aggraver la fracture numérique.

Le réseau pour tous serait déjà un progrès

« Je n’ai jamais de 3G, mais du Edge, le Minitel de l’accès internet. Ils doivent se dire que nous les paysans, les ploucs, on n’a pas besoin d’internet », s’insurge un usager interrogé par le journal La Voix du Nord. Dans certains cas, la situation est même encore plus déplorable. De nombreux villages ne sont en effet que très faiblement couverts par le réseau. Et encore, à l’intérieur des bâtiments, il peut devenir impossible d’utiliser son téléphone mobile, intelligent ou non.

C’est le cas de la commune de Maresville, dans le Pas-de-Calais, où la première antenne n’a été installée qu’il y a six mois. Aujourd’hui, les clients d’Orange ou de Bouygues peuvent avoir une chance de capter le réseau, mais pas encore ceux de SFR. De fait, dès lors qu’un opérateur couvre la zone, les autres n’ont pas l’obligation d’en faire autant. Un choix économique compréhensible, mais qui va à l’encontre de l’égalité d’accès aux avancées numériques.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here