Bouygues propose de racheter SFR : le plan très haut débit menacé

Bouygues propose de racheter SFR : le plan très haut débit menacé

Il y a quelques jours, Bouygues Telecom s’est lancé dans la course au rachat de SFR. En mauvaise passe depuis plusieurs mois, l’opérateur de Martin Bouygues tente de convaincre le Gouvernement des bienfaits de cette fusion. Plus facile à dire qu’à faire étant donné les effets néfastes qu’aurait une acquisition de SFR par Bouygues sur le plan très haut débit national, entre autres.

Problèmes de concurrence et absence d’investissement dans la fibre

Martin Bouygues fait la Une des médias depuis plusieurs jours. Au centre de toutes les attentions : sa proposition de rachat de SFR. Face au câblo-opérateur Numericable, l’homme d’affaires est allé vanter les mérites de son entreprise auprès des plus grands, de François Hollande à Fleur Pellerin, en passant même par Arnaud Montebourg. Les convaincre semble cependant plus difficile que prévu pour Martin Bouygues.  Sont mis en cause par les autorités le problème de concurrence qu’une fusion entre deux des quatre opérateurs nationaux occasionnerait et l’absence d’investissement dans la fibre optique de Bouygues Telecom.

« Nous avons aujourd’hui un marché à quatre acteurs, nous souhaitons qu’il fonctionne avec ces quatre acteurs dans des conditions qui soient favorables à l’investissement et à l’emploi ». Par ses déclarations en janvier dernier, Fleur Pellerin rejoint clairement l’avis de l’Arcep, défavorable à un rachat de SFR par Bouygues. L’Autorité de la concurrence a en effet œuvré pendant plusieurs années afin que le marché des télécoms français soit le plus diversifié possible. Un travail que Martin Bouygues se propose de mettre à mal en seulement quelques jours.

Autre sujet épineux pour Bouygues Telecom : le plan très haut débit du Gouvernement français. Autoriser le rachat de SFR par Bouygues signifierait donner de l’importance sur le marché à un opérateur qui ne compte à ce jour que quelques dizaines de milliers de prises de fibre THD et qui, étant donné son engagement dans la 4G, ne prévoit apparemment pas d’investir plus dans la fibre optique dans les années à venir. Selon les prévisions des experts, si Bouygues et SFR fusionnent, les deux opérateurs ne compteront en 2017 que 2 à 3 millions de foyers raccordés à la fibre optique, soit quasiment le même nombre qu’aujourd’hui. Des chiffres trop bas pour permettre à SFR d’honorer ses engagements de co-investissements avec Orange. L’opérateur historique se retrouvera ainsi lui aussi bloqué dans ses déploiements et il ne restera presque que Numericable pour espérer atteindre les 100 % de foyers raccordés à la fibre un jour.

Ce dernier bénéficie dans cette affaire de sa non-implication dans les services mobiles et se retrouve aujourd’hui plébiscité par le Gouvernement. Celui-ci a en effet précisé qu’ « un mariage entre Numericable et l’un des autres opérateurs ne serait pas un retour à un marché avec trois opérateurs, car Numericable, surtout présent dans le fixe, n’a pas exactement le même profil qu’Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free, qui sont présent sur les deux marchés ».

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here