Fibre optique : quelle sécurité des données ?

Fibre optique : quelle sécurité des données ?

Plusieurs compagnies viennent de démontrer que les communications et informations transmises par fibre optique peuvent être interceptées, sans que les utilisateurs de la ligne ne s’en aperçoivent. Le specialiste des réseaux, Emmanuel Chimi, présente les possibilités d'attaques pirates.

Emmanuel Chimi, spécialiste des réseaux et ingénieur informaticien, enseigne des cours en génie informatique à l’Institut universitaire de technologie de Douala, au Cameroun. Il explique que des méthodes d’interception existent et qu’elles sont même en vente par certaines entreprises.

« J’ai eu information sur certains rapports des services de la police fédérale et des services de contre-espionnage en Allemagne qui vont dans ce sens. La Deutsche Telekom AG, l’entreprise nationale de télécommunications aurait déposé une demande de brevet d’invention portant sur une méthode d’interception auprès du Bureau européen à Munich », raconte le spécialiste.

« Certaines entreprises disent aujourd’hui offrir des outils d’attaque pour un prix de moins de 1000 euros. Ce que je peux dire comme résumé de toutes les annonces, c’est que la fibre doit être accessible au pirate pour être attaquable », précise Emmanuel Chimi.

Selon lui, il n’existe que deux manière de procéder : « on peut le faire aux points de raccordement de la fibre (aux coupleurs, répétiteurs, etc.) ou on peut plier la fibre pour provoquer une sortie de photons […]. Que ce soit avec la première ou la deuxième possibilité, il faut que le malfaiteur s’approche de la fibre avec son équipement pour pouvoir faire ce travail. »

Pour M. Chimi, les câbles sous-marins sont extrêmement bien protégés, car ils sont entourés de gaines importantes. Pour le reste, « on conseille notamment d’avoir des fibres bien protégées et de les faire passer dans des conduits de protection appropriés », explique-t-il.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here