Minitel : 3615 FIN

Minitel : 3615 FIN

Il ne vous reste que quelques jours pour tapoter sur votre clavier le fameux « 3615 ». Le secteur des télécoms avaient craint sa disparition à plusieurs reprises, mais cette fois-ci c’est certain. Ce sont les derniers jours du Minitel, avant son extinction définitive le 30 juin 2012.

 

Le réseau qui fait fonctionner le Minitel s’éteindra donc ce 30 juin prochain. Encore deux millions d’usagers se servent pourtant encore de la machine apparue en 1982. La « little french box » faisait alors un carton, à l’heure où les télécommunications en France étaient en plein boom.

Fierté nationale, il aura marqué sa génération entre 1984 et les années 1990, avec son âge d’or vers 1995. L’hexagone rentrait alors dans l’ère de la télématique, avec l’accès, par exemple, à l’annuaire électronique.  C’était pour l’époque, une innovation radicale : les utilisateurs disposaient d’un dispositif écran-clavier à domicile et avaient accès à la plus grande base de données de services publics (annuaire), et de services interactifs payants (banques, messagerie en ligne). On estime à ce jour que le Minitel a généré un bénéfice de 600 millions d’euros depuis sa création jusque dans les années 2000.

Un porte-parole d’Orange expliquait l’an passé que le Minitel se dirigeait vers « une mort naturelle », avec un trafic et un chiffre d’affaires en baisse nette. Aujourd’hui encore, plus de 600.000 terminaux circulent en France. Il aurait équipé jusqu’à neuf millions de foyers en 2002.

Le Minitel aura préparé le terrain à l’arrivée d’Internet dans nos vies. Il aura emmené dans son élan la dépendance aux nouvelles technologies, les factures astronomiques pour certains utilisateurs, la messagerie rose – le début du langage « texto » – ou l’étalage de sphère privée sur le réseau.

Tout n’a pas commencé avec internet et le Minitel sera dans trois petits jours un objet appartenant au passé. Mais un objet culte.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here