Seacom veut investir sur le marché des télécoms africain

Seacom veut investir sur le marché des télécoms africain

D’après Mark Simpson, PDG de Seacom, réseau de câbles sous-marins reliant l’Afrique du Sud au Kenya par fibre optique, l’entreprise s’apprête à investir sur le marché des télécoms africain dans le courant de l’année 2014.

Seacom s’intéresse à plusieurs marchés de l’Est africain

L’opérateur de câbles sous-marins de fibre optique Seacom est « à l’affût d’opportunités dans les marchés télécoms africains en 2014 », révèle agenceecofin.com. L’entreprise souhaite tirer profit des investissements massifs que les gouvernements et opérateurs télécoms s’apprêtent à réaliser en Afrique. Selon Mark Simpson, Seacom « revoit encore les possibilités », et pourrait s’intéresser aux marchés du Botswana, du Malawi, du Burundi de l’Ouganda, de Djibouti ou encore de l’Ethiopie.

A l’heure actuelle, les points de raccordement de Seacom se situent à Marseille, Djibouti, Mombasa (Kenya), Dar Es Salam (Tanzanie), Maputo (Mozambique), Mtunzini (Afrique du Sud) et Bombay (Inde). Actif depuis 2009, le câble Seacom permet de relier par fibre optique l’est de l’Afrique à l’international. A l’avenir, la société s’attend à ce que les progrès constatés en Afrique se prolongent. « La consommation de la capacité internationale a augmenté de 35 à 50 %, et continuera de croître à l’avenir ».

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here