Seacom veut investir sur le marché des télécoms africain

Seacom veut investir sur le marché des télécoms africain

D’après Mark Simpson, PDG de Seacom, réseau de câbles sous-marins reliant l’Afrique du Sud au Kenya par fibre optique, l’entreprise s’apprête à investir sur le marché des télécoms africain dans le courant de l’année 2014.

Seacom s’intéresse à plusieurs marchés de l’Est africain

L’opérateur de câbles sous-marins de fibre optique Seacom est « à l’affût d’opportunités dans les marchés télécoms africains en 2014 », révèle agenceecofin.com. L’entreprise souhaite tirer profit des investissements massifs que les gouvernements et opérateurs télécoms s’apprêtent à réaliser en Afrique. Selon Mark Simpson, Seacom « revoit encore les possibilités », et pourrait s’intéresser aux marchés du Botswana, du Malawi, du Burundi de l’Ouganda, de Djibouti ou encore de l’Ethiopie.

A l’heure actuelle, les points de raccordement de Seacom se situent à Marseille, Djibouti, Mombasa (Kenya), Dar Es Salam (Tanzanie), Maputo (Mozambique), Mtunzini (Afrique du Sud) et Bombay (Inde). Actif depuis 2009, le câble Seacom permet de relier par fibre optique l’est de l’Afrique à l’international. A l’avenir, la société s’attend à ce que les progrès constatés en Afrique se prolongent. « La consommation de la capacité internationale a augmenté de 35 à 50 %, et continuera de croître à l’avenir ».

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.