Naissance d’une société publique spécialisée dans les infrastructures de télécommunications en Algérie

Naissance d'une société publique spécialisée dans les infrastructures de télécommunications en Algérie

Dimanche 7 juillet 2013, Alger a accueilli la Compagnie des infrastructures de télécommunications d'Algérie (CITA). Il s'agit d'une société nationale publique de gestion des réseaux de la fibre optique.

Le ministre algérien de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication a présidé la cérémonie de la signature de la création de la Compagnie des infrastructures de télécommunications d'Algérie (CITA), le dimanche 7 juillet 2013 à Alger.

CITA, la nouvelle société publique des infrastructures de télécommunications

La CITA se partage entre quatre actionnaires publics : Algérie Télécom (AT), le principal actionnaire avec 55 % des parts, Sonatrach, Sonelgaz et la Société nationale du transport ferroviaire (SNTF). Le capital social de départ était de 500 millions dinars soit environ 4 830 000 euros.

L'Algérie souhaite devenir plus performante dans le domaine des nouvelles technologies. En 2010, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avait évoqué de nouveau le besoin de créer une société publique d'exploitation et de développement de capacités de fibre optique d'opérateurs alternatifs.

L'Algérie déploie son réseau de fibre optique

Les missions de la CITA vont être multiple : gérer les ressources disponibles en fibre optique, développer les capacités ou contribuer à l’aménagement numérique du territoire. La CITA disposera de 44 000 Km de fibre optique grâce à AT. Sonatrach, Sonelgaz et la SNTF, à eux trois, lui mettent à disposition 33 700 Km de lignes exploitables.

Le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication explique que « le gouvernement attend beaucoup de cette entreprise publique afin de développer le réseau de fibre optique par l’exploitation rationnelle, notamment des réseaux électriques de la Sonelgaz, et introduire les infrastructures des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les zones isolés"

L'Algérie souhaite ainsi offrir à ses citoyens l'accès à Internet à haut et très haut débit sur tout le territoire. Elle désire avant tout relancer l'économie en aidant ses entreprises, publique comme privée, en facilitant les échanges internationaux grâce à la fibre optique. L'Algérie s'est donnée pour objectif de connecter au moins 85 % des ménages d'ici 2015.

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here