La Guinée lance ses chantiers de fibre optique

La Guinée lance ses chantiers de fibre optique

Samedi 25 juillet ont débuté les travaux pour l’installation de la fibre optique sur l’ensemble du territoire guinéen. C’est le président Alpha Condé et l’ambassadeur de Chine en Guinée, Bien Jianqiang, qui ont donné le coup d’envoi de ce chantier de plus de 4 000 kilomètres de long.

 

 

Moins de deux ans et 238 millions de dollars de budget

 

                Ce mégaprojet visant à « propulser la Guinée à la pointe de la technologie » en connectant l’ensemble du territoire en seulement deux ans est co-développé par l’Etat guinéen et l’entreprise chinoise Huawei, spécialiste mondial de services et d’équipements technologiques. Le budget de ce projet sans précédent est de 238 millions de dollars et il est financé à 90% par la banque chinoise d’import-export Eximbank sous la forme de crédits préférentiels accordés aux autorités guinéennes.

 

Pour Alpha Condé, le déploiement de la fibre optique va permettre « d’amener la ville au village ». Tout cela démontre une volonté d’intégrer ces nouvelles technologies de la communication dans le processus de développement social et économique du pays d’Afrique. « Notre pays connaîtra une révolution technologique dans les secteurs de la santé, de l’éduction, de l’environnement et de la gouvernance » a ajouté le président guinéen avant de conclure que les étudiants auront ainsi la possibilité de suivre des cours dans les universités en France, en Chine ou aux Etats-Unis.

 

Avec le déploiement de la fibre optique à une si grande échelle, la Guinée sera l’un des premiers pays d’Afrique de l’Ouest à bénéficier d’une couverture aussi large et performante. De plus, ce projet devrait permettre la création de 20 000 emplois sur tout le territoire.

 

Un scandale financier autour de la fibre guinéenne

 

                Mais un scandale financier vient entacher cette bonne nouvelle. Selon le site d’informations guinéen Aminata, l’attention de la Banque mondiale a été attirée sur un scandale financier autour de la fibre optique en Guinée. A l’origine de ce scandale, l’échec de la réhabilitation de deux bâtiments de la Guinéenne de large bande (Guilab) par le ministère des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles technologies de l’information.

 

Les travaux n’ont pas été achevés comme cela été prévu malgré les huit milliards de Francs guinéens soit plus d’un milliard de dollars rassemblés par les opérateurs télécoms ajoutés aux 1 240 000 dollars de la Banque mondiale. Finalement, seul l’extérieur des bâtiments en questions ont été rénovés. Cela résulte de l’arrêt des travaux confiés au cabinet ARTECH après un désaccord entre le cabinet et le ministre en charge de ce projet, Oyé Guilavogui. La Banque mondiale a donc demandé au gouvernement guinéen de régler tous les droits d’ARTECH et de renvoyer le reste du budget d’où il vient, soit à Washington. Une question subsiste : que vont devenir les huit milliards de Francs guinéens accordés par les opérateurs télécoms ?

 

 

                Même si ce scandale n’a rien à voir avec le projet de déploiement de la fibre optique en Guinée il vient un peu salir son annonce. Mais il ne faut pas oublier que le l’arrivée de la fibre optique dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest est une très bonne nouvelle qui ne doit pas être passées sous silence ! Cela peut permettre au pays de mettre en place de véritables changements socio-économiques.

 

COMMENTER

Please enter your comment!
Please enter your name here